Not Signed-In
Which clippings match 'Francais' keyword pg.1 of 1
23 JUNE 2014

Louise Bourgeois: a conversation with Bernard Marcadé 1993

"La vieille dame qui traverse la rue au bras d'un jeune homme barbu, c'est elle, Louise Bourgeois (1911–2010), dont l'histoire nous est d'abord brossée à grands traits par le biais de photographies tirées des archives familiales. La rencontre en chair et en os a lieu chez elle et dans son atelier, à Brooklyn, où elle entreprend une exégèse de son oeuvre dans une optique résolument psychanalytique. Rythmé par la visite de quatre sculptures ou "cellules" ("Choisy", "Hands and Glass Balls", "Arch of Hysteria", "Eves and Mirrors") avant leur départ pour la Biennale de Venise en 1993, l'entretien avec Bernard Marcadé et Jerry Gorovoy est placé sous le signe de la maison (familiale et symbolique) comme matrice de l'oeuvre. Au traumatisme de base, "fissure de la cellule familiale", car le père ramenait quantité de maîtresses, s'ajoute sa moquerie quant à l'absence de phallus de la petite fille. La passion pour la géométrie aux lois immuables, l'emboîtement des pièces, devient alors recherche de perfection et ironie : démolir des formes est posé en équation avec la destruction du père. L'oeuvre, riche en retournements, émerge du discours par l'humour et la vigueur des "show–off" de mamelles ou divers phallus érigés et animalisés."

Fig.1 Paru en 1993 chez CNC [Centre national de la cinématographie], [Paris] dans la collection Images de la culture / Mémoire | Camille Guichard.

1
2

3

TAGS

199320th century artart work • arte video • artistbalance • Bernard Marcade • biopic • Brooklyn • Camille Guichard • Centre Georges Pompidou • destruction of the father • erect phallus • explicit sexual imageryfatherfemale artistfrancais • French artist • Jerry Gorovoy • Louise Bourgeois • memoire • New York • peeling an orange • psychoanalysis • Reunion des musees nationaux • sculptor • search of perfection • sexually explicit work • shock artshow and tell • Sunday salon • Terra Luna Films • Venice Biennale • women artists

CONTRIBUTOR

Simon Perkins
03 JULY 2012

BTS Design d'Espace Toulon: Junk Playground

"Lors des bombardements allemand de la seconde guerre mondiale, Londres à été une des villes les plus détruite. On y trouvait fréquemment des espaces vide crée entre deux immeubles démolis et bourrés de gravats. Ces espaces vides, terrains vagues, en friche, "poubelles" en attente d'être reconstruit furent pendant une période des espaces de terrains de jeux consacré exclusivement aux enfants. L'idée était de donner un lieu spécifique pour que les enfants à la fois s'exprime librement, évite l'ennuie et l'inactivité qui peuvent conduire à la délinquance et participe à leurs façon à la période de reconstruction.

Ces terrains d'aventures, appelés Junk playground (terrains vague) ont été des espaces de libertés encadré ou les enfants construisirent à partir des gravats des "sculptures installation et autres inventions".

La fabrication par lui même (de l'enfant) de ses propres jeux par la maîtrise des outils (marteau, scie...) furent une expérience inédite et fondamentale dans l'approche citoyenne et pédagogique du rôle du jeu comme source d'épanouissement et d'éveil des consciences. La liberté quasi anarchique de ces terrains, laissant à l'enfant la responsabilité de ses actes, en étant acteur de sa propre aventures comme facteur de régénération pour une société pacifié, sans violence ou chacun peut s'exprimer et trouver sa place de citoyen. Cette expérience éphémère n'a pas survécu aux règles de sécurité, aux normes. Mais aussi aux formatages d'équipements modulaires produits en masse ou l'enfant n'est plus l'acteur (car exclu du processus de conception) mais simple utilisateur, spectateur, consommateur et non plus comme citoyen."

(Éric Malaterre, 03/01/2011, BTS Design d'Espace Toulon)

1

CONTRIBUTOR

Simon Perkins
Sign-In

Sign-In to Folksonomy

Can't access your account?

New to Folksonomy?

Sign-Up or learn more.